la pratique du zen

 

Le Zen exige donc rigueur et discipline. Il ne fait pas de concession à la facilité et à la complaisance et celà pourrait de prime abord en rebuter plus d’un, mais le Zen ne se veut pas séduisant, il se veut efficace. Et pour progresser dans notre démarche spirituelle, il est nécessaire d’être encadré, d’avoir une méthode et une discipline proposée par une tradition authentique – vérifiée par des siècles de pratique – afin d’éviter la démarche individualiste si caractéristique du monde moderne et de ses dérives « new-age ».

Certaines personnes, en découvrant le Zen ou en prenant connaissance des règles strictes qui le caractérisent, sont interpellées voire heurtées. C’est que là réagit le petit moi, l’ego, qui ne laisse pas de place à la véritable nature de l’être humain que nous sommes. Consentir librement à respecter ces règles, c’est d’abord et avant tout faire preuve d’humilité et mettre de côté le « moi, je » qui domine tout. Ensuite, il faut comprendre qu’il ne s’agit pas là d’un formalisme rigide et que ces règles ont un sens d’abord parce que par l’attention qu’elles requièrent elles aident à la concentration et qu’ensuite elles permettent une harmonisation du groupe dans lequel on pratique.